Slow art

Slow art.

Affiche de la révolution du Slow
Affiche de la révolution du Slow

Notre vie d’aujourd’hui est une course contre la montre: il faut faire vite dans son travail, dans les vacances et même dans les conquêtes amoureuses. On n’a plus le privilège de perdre du temps et de faire durer plus longtemps  un instant de plaisir. Dans mon travail de peintre figuratif à l’huile, lent par définition ( plusieurs couches d’huiles se superposent avec des longs temps de séchage) j’ai du me rééduquer à la lenteur.

Je pense d’avoir choisi de pratiquer la technique traditionnelle à l’huile par un besoin de tranquillité et pour lutter contre le rythme frénétique de ma vie quotidienne. A l’âge de 35 ans, après un passé d’aquarelliste sur le vif et coloriste de BD,  j’ai ressenti le besoin de me poser et travailler plus lentement mes sujets de peinture. J’ai changé complètement de mode  de travail. J’ai commencé à étudier la technique de l’huile, une technique qui a beaucoup de contraintes (dans les prochaines semaines j’écrirais un article sur la peinture à l’huile), mais qui permet de travailler la “pâte ou la peinture” aussi longtemps qu’on le souhaite. En découvrant cette approche lent à l’art, j’ai commencé à regarder le monde autrement.

Dès qu’on parle de la “révolution SLOW”, on pense immédiatement au mouvement SLOW FOOD

“Le Slow Food a vu le jour par opposition à l’expansion des plats minute et des chaînes de restauration rapide, soit le fast food. À l’instar du slow food, l’art slow est né en réaction à la dégradation de “l’art” dans une société qui valorise d’abord les produits de consommation à saveur artistique, au détriment des véritables œuvres d’art”.(Le Manifesto du Art Slow).

La révolution du slow m’appris que l’ habileté à pratiquer un artisanat ou une technique artistique n’est pas chose qui s’apprend dans les livres. C’est une compétence qui s’acquiert au terme de nombreuses heures de travail. Mais aujourd’hui, on privilégie  la célérité et l’innovation permanente, il peut , donc, être difficile de plaider la cause d’une création qui nécessite beaucoup de temps et de labeur.